Moins absent, plus productif, plus innovant … la liste des bénéfices de l’engagement des collaborateurs dans une entreprise est longue. Malheureusement, d’après l’étude Gall’up, « State of the global workplace » de 2017 (1), seulement 6% des salariés français se sentiraient véritablement investis dans leur entreprise. Il serait donc grand temps pour les équipes dirigeantes d’élaborer une stratégie sérieuse pour booster l’engagement de leurs collaborateurs.


Une étude IFOP montre que le nombre de cadres en recherche ou veille active est passé de 32% en 2017 à 55% en 2018 ! Un turn-over qui coûte cher à l’entreprise aussi bien financièrement qu’en terme de compétences. Il a été démontré que les entreprises ayant des salariés réellement investis sont 17% plus productifs et 21% plus rentables que les autres. On ne va pas vous faire un dessin, l’engagement des collaborateurs dans la durée est donc devenu un véritable enjeu stratégique sur lequel se penchent de plus en plus d’organisations.


Transformer ses managers en coach


« Rien ne se fera si l’équipe dirigeante n’a pas une véritable volonté de changement », affirme Anne-Sophie Vasseur, co-créatrice de Javelo, start-up proposant des solutions de management de la performance. « Si le comité de direction insuffle cette culture d’entreprise auprès de ses managers, cela va se déployer sur l’ensemble de la chaîne hiérarchique. Il faut donc former les managers aux nouvelles techniques de management, les encourager à être dans l’écoute et l’implication de leurs équipes. Ils doivent devenir des coachs plus que des managers. Mais pour cela, il faut leur montrer les bonnes pratiques », ajoute-t-elle.


Cultiver le feed-back positif


La culture du feed-back, venue des anglo-saxons se développe aussi chez nous. Au-delà de l’entretien annuel d’évaluation, les salariés doivent pouvoir échanger régulièrement avec leur manager et entre pair. Cependant pour être réellement efficace, le feed-back doit être positif et axé sur une démarche de co-construction et d’apprentissage. Le collaborateur sait alors pourquoi il travaille, vers quoi il va, comment s’améliorer et si il arrive à atteindre ses objectifs. Un état d’esprit positif a de réels impacts sur le bien-être des salariés et donc sur leur santé, leur créativité et leur performance.


Faire progresser les collaborateurs


Faire évoluer ses salariés est également une des clés de l’engagement collaborateurs. Mais attention, les objectifs de chacun sont différents. Tout le monde ne veut pas devenir manager. C’est pourquoi avoir des échanges réguliers est un facteur essentiel pour détecter ce qui motive un salarié, ce qui le rend curieux et lui donne envie de se dépasser. Comprendre les motivations individuelles permet de créer un parcours d’évolution cohérent et durable.


Travailler sur les valeurs de l’entreprise


Les salariés ont de plus en plus besoin de donner du sens à leur travail. Ils cherchent à travailler pour une entreprise en adéquation avec leurs valeurs. Les nouvelles générations y sont particulièrement sensibles. Pour mettre la pression sur les entreprises, plus de 31 000 étudiants de grandes écoles et universités ont signé en 2018, un manifeste (2) déclarant refuser de travailler pour une entreprise qui ne prendrait pas en compte les enjeux écologiques. Ils sont allés encore plus loin en publiant en 2019 un guide anti-greenwashing afin d’aider les jeunes diplômés à poser les bonnes questions lors des entretiens. Pour continuer à recruter les talents et les garder, il ne faudra donc pas se contenter de belles promesses mais faire vivre les valeurs affichées par des actes concrets. 


Impliquer les salariés dans la vie de l’entreprise


Les salariés ont des idées et ont besoin de sentir que leur opinion compte. « Les managers organisent de plus en plus souvent ce qu’on appelle des « off-site ». Par petits groupes, les salariés sortent du contexte de l’entreprise pour réfléchir à un sujet. Ils quittent l’espace d’une journée leur cadre professionnel habituel pour s’impliquer dans la vie de l’entreprise », détaille Anne-Sophie Vasseur. « Mais attention, avertit-elle, les idées doivent être suivies d’actions. Si ce n’est pas le cas, les salariés auront alors surtout l’impression d’avoir perdu leur temps ». 


Encourager l’équilibre vie pro/vie perso


L’équilibre vie professionnelle / vie personnelle est un pilier de l’engagement des collaborateurs. Et l’entreprise a un vrai rôle à jouer. Les Millenials privilégient à 84% le bien-être au travail plutôt que la rémunération. Horaire flexible, télétravail, réunions courtes, salle de repos, cadre inspirant, sortie afterwork entre collègues, barbecue… tout cela contribue au bien-être au travail et donc aussi à l’engagement de vos collaborateurs. 


  1. Etude Gall’up 2017 : State of the global workplace
  2. Manifeste des étudiants pour un réveil écologique